Le bon mot de Glo

Chers toutes et tous,

Je me permets d’occuper quelques centimètres carré de la jolie toile d’Insyou, celle-ci me laissant littéralement carte blanche – à défaut de sa carte bleue #CYMBALES.

Le concept ? Mes dernières impressions ciné, avec un ou deux bons mots pour loler ensemble. Bonnes séances !

#BlueJasmine : des bleus à l’âme

Blue Jasmine

En cette rentrée filmographique morose – bides successifs de Grand Départ, Les Invincibles, Gibraltar, et crash (industriel) de Diana, c’est peu dire qu’on attend le dernier Woody !

– L’argument : Jasmine a le blues, et pour cause. Après s’être séparée de Hal, homme d’affaires véreux et volage (Alec Baldwin, intolérable de cruauté), elle doit quitter New York et sa vie faste pour rejoindre le taudis de sa soeur Ginger (Sally Hawkins), sans franc(isco). La dégringolade de l’échelle sociale…

– Comment est notre Blanchett ? La Blanchett est bonne… Exceptionnelle même, ahurissante, bouleversante : je suis à court de superlatifs ! Sur le papier, son personnage est pourtant tout sauf attachant : matérialiste à souhait, Jasmine est une bonne vieille « posh » new-yorkaise, uniquement soucieuse de son petit confort. Mais avec la tournure des événements, notre protagoniste va perdre pied, et suivre une irrépressible descente aux enfers. La folie (douce) qui s’empare alors d’elle la rend terriblement empathique et poignante. Seule Cate Blanchett pouvait interpréter ce personnage si complexe avec autant de maestria. Un rôle à Oscar, entend-on ; l’actrice australienne est assurément en Cate de la récompense suprême.

– Une comédie (TRÈS) dramatique : ce WA est sombre. S’il nous habitue d’ordinaire à des grincements caustiques, on penche ici, à mon sens, nettement vers la noirceur. Pour celles et ceux qui voulaient rire à en perdre Allen, passez donc votre chemin.

– Un grand cru ? Un très bon Woody Allen, mais pas un chef d’oeuvre non plus. Notoirement surévalué par la critique, dithyrambique à son égard. Un conseil : n’écoutez pas toujours ce qu’on Woody ! Pour vous faire une petite idée : Midnight in Paris Blue Jasmine << Match Point. En nombre d’entrées sur cette première semaine d’exploitation, BJ se classe un cran en dessous de ces deux autres longs (494 000 entrées, vs resp. 546 000 et 523 000).

#SurLeCheminDeLÉcole : apprendre à marcher

Sur le chemin de l'école

– Pitch ô mon Pitch, chacun sa briocheeuuu : on a tous connu le même rituel ; se faire accompagner par Papa et sa Porsche vers son établissement privé du 6ème arrt. Le métro ? N’y pensez pas ! « Trop crade, trop glauque, trop dangereux ». Pas avant d’être majeur. Le bus ? « T’as vu ce qui s’est passé dans la Creuse hier ?! » Bon, et si l’on recevait une petite leçon de courage et d’humilité ? Dans ce docu(-fiction, on y reviendra), des gosses des quatre coins du (Tiers-)monde parcourent 4 fois le GR20 pour se rendre à l’école. Eh oui ma bonne dame. Du Kenya à la Patagonie, en passant par la Lorraine (#LOL), ces bambins de 11 à 13 ans traversent des paysages hors du commun tous les matins, entre 5 et 9 du mat’ (c’est con, ils loupent Bourdin sur RMC). Et nous, comme des crétins, on les suit.

– L’arnaque : le genre indiqué sur Allociné est « documentaire ». Je m’attends donc à voir une description objective du trajet de ces enfants, sans mise en scène ostensible ni dialogues pré-écrits. Las ! Tout n’est que fiction et affliction ! Les situations, parfois grotesques (exemple : course-poursuite avec des éléphants, qu’on ne perçoit qu’au bruitage (!!!)), sont mises en scène comme dans une vilaine série B. Et la VF (cherchez donc une VO à Paris) n’arrange bien évidemment rien à l’affaire. Bref, si le film s’inspire d' »histoires vraies », la réalité n’en reste pas moins déformée. Il s’agit bel et bien d’un documenteur ! Je m’suis fait docufier ! (Ruquier, sors de ce cul !)  « Ah ?! On me dit dans l’oreillette que c’est distribué par Walt Disney ?! »

– Le bulletin : c’est un seeeeeeppptttt (sur 20). Pour le dépaysement, la magie du haut Atlas, l’émotion procurée par ce jeune handicapé du Bengale. Mais peut franchement mieux faire. Sursaut espéré au 2ème trimestre.

À la semaine prochaine pour d’autres coups de coeur/gueule ciné !

C’était la dernière séquence, c’était la dernière séance, et le rideau sur l’écran est tombé…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :